Vous êtes ici : Accueil > Orientations stratégiques > Axes thématiques > Prévention de conflit et sécurité

Prévention de conflit et sécurité

  • PDF
  • Imprimer

prevention-conflitLa prévention de conflits et la sécurité sont aujourd’hui des préoccupations clefs pour les pays du Sud qui se trouvent entre crises et émergences mais aussi pour leurs partenaires du Nord. Il y a une responsabilité partagée et un intérêt commun à stabiliser les zones de conflits notamment lorsque qu’elles menacent les routes commerciales et les approvisionnements en matières premières.

Les pays émergents, plus proches géographiquement, donc plus menacés dans leurs intérêts, apportent une assistance aux pays en crises et construisent ensemble un nouveau dispositif de veille et de prévention de conflits. En Afrique, les contingents de paix sont notamment quasiment exclusivement issus des pays du Sud.

La tendance mondiale est à la régionalisation de la gestion des conflits. Mais la responsabilisation des pays du Sud ne signifie pas la fin des responsabilités pour le Nord, notamment leurs responsabilités financières. Et la logique de protection des intérêts nationaux ne recouvrent pas toutes les zones de conflits existantes. Il faut donc trouver une architecture et des processus d’action répondant à ces défis. L’Institut Amadeus a proposé, à l’occasion de ses dernières conférences, un procédé de veille et d’alerte pour le continent africain où subsiste aujourd’hui le plus grand nombre de conflits au niveau mondial.

Ces thématiques sont traitées chaque année durant le forum MEDays et seront également le sujet d’analyses des chercheurs du centre d’analyses et publications ainsi que d’experts associés.  L’Institut Amadeus analyse les évolutions des conflits dans l’espace méditerranéen, en Afrique et dans le reste du monde, mais plus spécialement celles de deux zones de crispation qui ont une influence directe sur l’environnement régional du Maroc : la zone sahélo-saharienne et le conflit du Moyen-Orient.

Sécurité dans la zone sahélo-saharienne

L’instabilité grandissante dans la zone sahélo-saharienne incite l’Institut Amadeus à s’investir dans la compréhension des enjeux géopolitiques de la région. Drogues, armes et contrebandes en tout genre ou terrorisme prolifèrent dans cet espace géographique poreux par nature et engendrent déstabilisation et conflits. 5 millions de kilomètres carrés à la frontière sud des pays arabes et à la frontière nord d’états subsahariens parmi les plus isolés et les plus pauvres du monde, voilà ce qui constitue un des territoires les plus difficilement contrôlables sur la planète. L’enjeu est d’étudier les modes les plus appropriés de coopération pour faire face à ce défi sécuritaire auquel sont confrontés les pays voisins du Maroc et le Maroc lui-même par extension.

Israël/Palestine

L’un des plus vieux conflits du monde n’est, en 2010, toujours pas résolu. L’Institut Amadeus est un créateur de débat et s’inscrit comme force de proposition et relai de proposition actif sur ce conflit. Le conflit du Moyen-Orient est un nœud de blocage pour la région méditerranéenne entière. Il empêche toute coopération étendue et tout dialogue sur les enjeux auxquels Nord et Sud de la Méditerranée doivent faire face.

L’Institut considère que la solution doit se faire sur la base des résolutions internationales. Mais il considère aussi que le dialogue entre Israéliens et Arabes doit être promu. Il faut montrer des signes tangibles à la société et aux leaders israéliens que les pays arabes souhaitent offrir la paix aux conditions du respect des frontières de 1967 et du respect des droits des Arabes israéliens.

Les analyses de l’Institut, rencontres et conférences sont sans doute parmi les plus suivies. Le forum MEDays a été notamment l’occasion de rencontres entre délégations palestiniennes et israéliennes de tendance modérée.

 

Suivez nous