Vous êtes ici : Accueil > Orientations stratégiques > Axes thématiques > Co-développement: coopération Nord-Sud

Forum Medays 2009

  • PDF
  • Imprimer

medays2009En 2009, le thème central de la deuxième édition des MEDays était le « co-développement responsable ». 174 intervenants et 1300 participants (Ministres et officiels, représentants d’organisations internationales, chefs d’entreprises, experts et représentants de la société civile) de plus de 70 pays sont venus débattre pendant trois jours. Comme en 2008, l’édition 2009 des MEDays a été organisée en quatre demi-journées constituées de 4 séances plénières et de 16 panels parallèles.

La participation et la couverture médiatique de cette édition, en nette augmentation par rapport à l’année précédente, ont confirmé les MEDays comme un rendez-vous important, remarquable par la liberté de ton et la haute qualité de ses débats, comme par la qualité de son organisation.

Les MEDays 2009 ont été un réel succès autant au niveau des thématiques choisies, de l’expertise des intervenants, de la qualité des débats jugée exceptionnelle que des propositions innovantes  des experts et des décideurs présents qui représentaient les cinq continents.

Regroupant les plus hauts dignitaires de la diplomatie, les plus grands entrepreneurs et dirigeants d’entreprises et les experts les plus prestigieux du monde universitaire, l’édition 2009 a eu un impact politique hors normes. C’était la première fois que la crise économique et son impact sur la région ont été discutés au Maroc à un niveau aussi élevé et qu’un si grand nombre de chefs d’État et des prix Nobel de la Paix étaient présents au Maroc à une manifestation non gouvernementale. Les recommandations issues des débats ont trouvé un large écho parmi les décideurs du Nord et du Sud et dans la presse internationale. En 2009, les MEDays sont devenues une plateforme incontournable pour le Sud.

DES DEBATS QUI BRISENT LES TABOUS

Relancer un dialogue israélo-palestinien en pleine crise

Beaucoup d’observateurs auront constaté avec surprise que le forum MEDays avait réussi le tour de force de réunir, autour d’un même panel, l’ancienne ministre des Affaires étrangères d’Israël Tzipi Livni et Rafic Husseini, à l’époque directeur de cabinet du président  palestinien Mahmoud Abbas. C’est une première, en pays arabe, de réunir de manière visible des personnalités aussi importantes des deux nations dans un cadre informel.

Faire face au danger des narcotrafiquants dans la zone sahélo-saharienne en Afrique

Depuis le début des années 2000, l’Afrique de l’Ouest est devenue une plaque tournante du trafic de drogue. La cocaïne en provenance d’Amérique du Sud et à destination de l’Europe, passe désormais par le continent noir où les conflits locaux, l’absence d’État fort, la corruption et la pauvreté facilitent le transit des drogues. L’héroïne en provenance d’Asie s’échange contre la cocaïne dans un espace sahélo-saharien très poreux sur la base du « un pour un », créant de facto une sorte de nouvelle monnaie dans la région. Le trafic de drogue, passé du transport par caravane au super jumbo, enrichit non seulement le crime organisé international mais aussi les terroristes de la bande sahélo-saharienne.

DES PROPOSITIONS INNOVANTES

Pour un Observatoire des conflits en Afrique

Le forum MEDays propose une architecture innovante en matière de prévention des conflits: la création d’un Observatoire des conflits avec des antennes régionales .Son rôle sera de lancer des messages d’alerte sur les tensions politiques au sein des pays Africains. Géré par les Africains sous le patronage de l’ONU, l’Observatoire pourrait intervenir de manière directe dans la crise en formalisant une adresse diplomatique envers les autorités ou les différents partis politiques du pays dans lequel la situation politique se dégrade.

Pour tarifier l’usage de l’espace marin en Méditerranée

70% des bateaux qui traversent la Méditerranée ne s’arrêtent pas dans les ports riverains. Ils empruntent l’espace marin sans nourrir directement l’activité économique des pays du pourtour et mobilisent les dispositifs de surveillance et de sauvetage en mer, générant des coûts pour les collectivités et des risques de pollution. Une contribution de 0,5€ la tonne appliquée aux détroits de Suez et Gibraltar générerait pour la première année 500 millions d’€uros.

LES RECOMMANDATIONS SUIVIES D’EFFETS

Les recommandations des MEDays 2009 présentées à la presse et diffusées à tous nos intervenants de haut niveau ont eu des répercussions immédiates sur les actions politiques.

Renforcer les coopérations régionales :

  • 18 février 2010 : A la dernière conférence regroupant les ministres du commerce extérieur de l’Accord d’Agadir, un appel à l’intégration régionale et à l’élargissement a été lancé aux pays du monde arabe.

Garantir le respect des droits des migrants et des réfugiés au Maroc :

  • 12-13 février 2010 : Une table ronde a été organisée entre le CCDH, l’OMDH et l’UNHCR avec la participation du Ministère de l’intérieur à Agadir afin de discuter de l’état de la législation marocaine concernant les migrants.

Observatoire pour prévenir les conflits en Afrique :

  • Janvier 2010 : L’Institut Amadeus a été invité en par l’ONU à participer à une réflexion collective sur la résolution des conflits en Afrique et à leur soumettre toutes les recommandations des experts ayant participé à nos activités.

Banque Méditerranéenne d’Investissement

la création d’une Banque Méditerranéenne d’Investissement qui pourrait financer des investissements et projets de coopération méditerranéenne a été au cœur des propositions des MEDays 2008 et 2009.

  •  Un accord a abouti entre les grandes institutions financières des pays membres de l’Union Pour la Méditerranée » et un échéancier a été mis en place en vue de la création d’une telle banque.

Charles Milhaud qui était présent aux MEDays 2009 a été chargé par Nicolas Sarkozy d’une mission sur le financement du co-développement dans le cadre de l’UPM afin de définir l’opportunité de créer une banque Méditerranéenne d’investissement.

Retour

Suivez nous

A voir aussi