Vous êtes ici : Accueil > Orientations stratégiques > Axes thématiques > Bonne gouvernance et citoyenneté

Média et Internet: Quel rôle dans la transition démocratique et la construction de la citoyenneté dans les pays du Sud?

  • PDF
  • Imprimer

Parce qu’il est animal social, l’homme n’a eu de cesse de créer des moyens de communication afin d’échanger et de faire circuler faits et idées. Mais le média informatique, dernier né parmi ces vecteurs, a ceci de nouveau qu’il permet à tout à chacun de donner un avis qui peut être relayé en très peu de temps sur toute la planète.

 

Cette possibilité d’accès direct à la parole arrive après la fin de la guerre froide dans un mouvement mondial de démocratisation progressive. Elle a obligé les différents acteurs à se positionner.

Pour les Etats d’abord : Quel espace de liberté donner aux citoyens ? Faut-il contrôler les flux de données ? Quel impact sur la cohésion sociale ? Certains pays, telle la Chine, se font ouvertement critiquer par les associations de défense des droits de l’homme. Pourtant, si de grands progrès restent à faire, gérer cet état de fait dans un pays qui en 2010 comporte autant d’internautes que la population européenne n’est pas chose aisée pour un pays où la liberté de parole est à améliorer. Plus généralement, de nombreux Etats hésitent sur la hauteur où placer curseur de la liberté d’expression.

Les médias, ensuite : Leur monopole de relai principal de l’information est à terme voué à disparaître. Tout le monde peut désormais mettre en ligne telle vidéo ou article sur son blog. De même, la facilitation de l’accès à l’information pose la question de la crédibilité des sources. D’un point de vue économique, la révolution numérique a également obligé les professionnels du secteur à repenser leurs activités et leurs modes de rémunération. Quant au journaliste, il est devenu multitâches et a vu ses échéances se réduire.

Le citoyen, enfin : Cette ouverture de la parole l’oblige à apprendre de nouveaux codes d’expression et à prendre conscience que ses propos, s’ils sont visibles par tous, sortent du cadre strict de la vie privée et ne sont pas sans conséquences. Ce nouveau médium a néanmoins su se montrer support de participation au processus démocratique, notamment lors des récents mouvements sociaux au Kenya ou des dénonciations de corruption de la part de membres des forces de l’ordre au Maroc. Sur le long terme, Internet va devoir à confirmer son rôle de sentinelle démocratique.

Pour autant, Internet ne doit pas être perçu comme étant la seule réponse à la construction démocratique des pays du Sud. La radio reste encore ‘’Le’’ média de masse pour une large part du continent africain. Les radios communautaires y jouent un rôle majeur car elles permettent de faire participer au débat public les personnes très éloignées des centres de décisions. Cette implication collective fait émerger une nouvelle incarnation de la chose publique ; un nouveau type de propriété sociale dont la conséquence est un renforcement du lien social.

Suivez nous