Vous êtes ici : Accueil > Événements > Global Growth Conference

Global Growth Conference 2014

  • PDF
  • Imprimer

 

Pourquoi la Global Growth Conference – Emerging Africa ?

Rabat Round, 24-25 Avril 2014


Présenté depuis moins d’une décennie comme le nouvel eldorado de l’investissement mondial, l’Afrique est désormais objet de toutes les convoi­tises. Loin des préjugés fortement teintés d’afro-pessimisme du siècle dernier, le continent est au­jourd’hui le théâtre de performances économiques positives et tangibles. Diminution de l’inflation, ré­duction des déficits budgétaires ou encore meilleure maîtrise de la dette extérieure ; autant d’indicateurs de perspectives rassurantes voire encourageantes. Résistantes à la crise, les économies africaines ont montré une capacité de résilience indéniable, à défaut d’une maturité pas encore définitivement affirmée.

En 2014, 106 millions d’africains devraient dispo­ser d’un revenu annuel de plus de 5000$, un seuil au-delà duquel ils consacreront selon les experts, la moitié de leurs revenus à des biens non-alimen­taires. Cette nouvelle classe moyenne africaine in­fluera sur la demande locale et permettra d’impulser un cercle vertueux de production.

Le Maroc, en sa qualité de champion du dialogue Sud-Sud, qui, d’autant plus, partage avec le conti­nent une longue tradition d’échanges, de coopéra­tion et d’amitié, se positionne sous la conduite éclai­rée de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, comme un acteur économique majeur en Afrique.

Aujourd’hui, en effet, la majorité des grandes entre­prises marocaines de différents secteurs (télécoms, bancaire, mines, construction, eau et électricité, gestion des ports, etc.) est présente dans plus d’une vingtaine de pays sub-sahariens, essentiellement en Afrique de l’Ouest.

L’Institut Amadeus, classé premier Think Tank du Maghreb au 2013 Global Go To Think Tank report et fort du succès des six éditions du Forum MEDays de Tanger et d’une expertise de créateur de débats reconnue à l’échelle internationale, est dési­reux d’insuffler une dynamique nouvelle à ses acti­vités en portant l’esprit de la Global Growth Confe­rence sur le continent africain.

Attractivité économique, financement des infras­tructures, bancarisation et inclusion financière, éner­gies renouvelables et croissance verte, sécurité ali­mentaire, autant de thématiques clés qui seront au cœur de cette édition 2014 sous le signe de l’Afrique émergente.

 

Jeudi 24 Avril 2014

 

13h00 : Déjeuner officiel (sur invitation)

15h00 : Session d'ouverture : Comment croire en l'Afrique ?

16h00 : Discussion : Quelle sortie de crise en Centrafrique ?

16h45 : Pause café

17h30 : Session 1 : Stratégies énergétiques en Afrique : Créer la croissance tout en assurant l'efficacité et l'accessibilité énergétique

 

 

Vendredi 25 Avril 2014

 

09h00 : Session 2 - Renforcer la compétitivité des Etats africains : Investir dans les infrastructures de transport et les télecoms

10h15 : Discussion : Zoom Côte d'Ivoire

11h00 : Pause café

11h15 : Session 3 - Investir dans la Sécurité alimentaire : L'émergence d'un nouveau vecteur de croissance en Afrique

13h00 : Pause déjeuner

14h45 : Session 4 - Banques et services financiers en Afrique : Vers plus de croissance et de compétitivité

15h50 : Remise du Prix GGC International Growth Strategy 2014

16h00 : Session 5 - L'Afrique émergente : Zoom sur les nouveaux lions

17h15 : Pause café

17h30 : Session de clôture : Doing Business en Afrique : Définir une feuille de route


Session d'ouverture : Comment croire en l'Afrique ?

Mbarka Bouaida, Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères, Maroc

Mankeur Ndiaye, Ministre des Affaires Etrangères du Sénégal

Carlos Lopes, Secretaire Exécutif de la Commission des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA)

Brahim Fassi Fihri, Président de l’Institut Amadeus, Maroc

Modération : Didier Acouetey Président de Afric Search, Togo

 

Discussion : Reconstruire la Centrafrique ?

Martin Ziguélé : Ancien Premier Ministre de RCA, Président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain

Modération : Talal Salahdine, Directeur Stratégie et Communication de l'Institut Amadeus, Maroc

 

Session 1 - Stratégies énergétiques en Afrique : Créer la croissance tout en assurant l'efficacité et l'accessibilité énergétique

Amina Benkhadra, Directeur Général de l'Office National des Hydrocarbures et des Mines, Maroc

Eyo Olagoke Ekpo, Commissaire Exécutif chargé des marchés et des prix NERC, Nigeria

Kevin Sara, Directeur Exécutif de Nur Energie, Royaume-Uni

Andréas Kreamer, Président Fondateur du Ecologic Institute, Allemagne

Younes Maamar, Directeur Associé eONE, Maroc

Modération : Khalid Benhamou, Directeur Général Sahara Wind, Maroc

 

Session 2 - Renforcer la compétitivité des Etats africains : Investir dans les infrastructures de transport et télécoms

Karim Helal, Président de ASEAN Egypt Business Group Association, Egypte

Djibril Taboure, Président du Réseau des Entreprises d'Afrique de l'Ouest, Mali

Hicham El Sherif, CEO Nile Capital, Egypte

Naoshige Kinoshita, Senior investment Officer, Banque Africaine de Développement (BAD)

Samir Belrhandoria, CEO Moroccan Infrastructures Fund, Attijari Wafabank Maroc

Marc Teyssier d'Orfeuil, Président de Club PPP Med Afrique, France

Modération : Abdou Diop, Partners Mazars Maroc, Senegal

 

Discussion : Maroc-Afrique : Quelles stratégies coordonnées ?

 

 

Session 3 - Investir dans la Sécurité alimentaire : L'émergence d'un nouveau vecteur de croissance en Afrique

Jean-Michel Debrat, Directeur Adjoint AFD, France

Mohammed Fikrat, PDG de Cosumar, Maroc

Nnimo Bassey, Directeur de Health of Mother Earth Foundation, Nigeria

Zineb Zeryouhi, Senior Investment Officer, Banque Africaine de Développement (BAD)

Karim El Aynaoui, Directeur Général de l'OCP Policy Center, Maroc

Modération : Eric Bazin, Fondateur associé des Ateliers de la Terre, France


Session 4 - Banques et services financiers en Afrique : Vers plus de croissance et de compétitivité

Gabriel Fal, Président de la Bourse régionale des Valeurs Mobilières, Sénégal

Arnaud Liguer-Loubhouet, Directeur, Banque privée Edmond de Rotschild, Côte d’Ivoire

Saïd Ibrahimi, CEO Casablanca Finance City Authority, Maroc

Paul Derreumaux, Ancien PDG Bank of Africa, France

Michel Juvet, Associé Bordier, Suisse

Modération : Marc Wabi, Managing Partner Deloitte Cote-d'Ivoire, Cote d'Ivoire


Session 5 - L'Afrique émergente : Zoom sur les nouveaux lions

Moustapha Benbarka, Ministre de l'Industrie et de la Promotion de l'Investissement, Mali

Ibukun Awosika, CEO de The Chair Centre Group, Nigeria

Tewolde Gebremariam, CEO de Ethiopian Airlines, Ethiopie

Carole Kariuki, CEO de Kenya Private Sector Alliance, Kenya

Modération : Thami Ghorfi, PDG Radio Aswat, Maroc


Session de clôture : Doing Business en Afrique : Définir une feuille de route

Mohamed Boussaid, Ministre de l'Economie et des Finances, Maroc

Lionel Zinsou, Président de PAI Partners, France/Bénin

Brahim Fassi Fihri, Président de l'Institut Amadeus, Maroc

Modération : Thami Ghorfi, PDG Radio Aswat, Maroc

Edition 2013

Réunir une partie de l’élite économique mondiale pour penser la croissance globale de l’après crise, tel était le défi lancé par l’Institut Amadeus à l’occasion de la première édition de la Global Growth Conference (GGC) tenue à Rabat les 22 et 23 mars derniers.

Sortir l’Europe du marasme dans lequel elle s’enfonce depuis près de 5 ans, parier sur les marchés émergents , investir dans les infrastructures et les énergies renouvelables  ou encore valoriser l’intégration économique régionale, l’objectif majeur de ce rendez-vous nouvellement instauré par l’Institut Amadeus était de dresser un état du monde économique et proposer des remèdes à la crise.

Les nombreux débats organisés durant les deux jours de conférence ont mis en lumière les réussites économiques récentes de nombreux pays africains et mais aussi du continent sud-américain, désormais pleinement engagés dans la compétition internationale de la course à la croissance.

Cette dynamique nouvelle des marchés émergents qui désormais tirent la croissance mondiale a constitué le fil directeur des échanges.  Présentés comme les grands gagnants de la mondialisation, le bloc émergent avec comme locomotives les BRICS  ont indéniablement bousculé ces dernières années l’ordre établi et le leadership mondial des pays dit avancés. Forte compétitivité des salaires, rapprochement des niveaux de performances et d’expériences de la main d’œuvre locale, dévaluation régulière des monnaies nationales et donc exportations offensives, réserves de changes importantes sont tout autant de raisons qui viennent expliquer ces évolutions. Le principal challenge étant de pérenniser cette croissance et surtout la rendre plus inclusive et plus demandeuse en emplois, surtout pour les jeunes.

De même de nombreux intervenants ont mis en avant l’importance du secteur privé, en complémentarité efficiente avec un Etat agissant. De l’avis de tous, la question de l’équilibre entre pouvoirs publics et secteur privé reste au centre de la question des dynamiques des croissances. Les expériences réussies en termes de PPP (Partenariat Public Privé) ont été avancées comme des solutions permettant de présenter aux investisseurs étrangers les projets dans les pays émergents comme attractifs, bancables et rentables.

Quinze nationalités furent représentées (Maroc, Tunisie, Lybie, Mali, France, Grèce, Suisse, Brésil, Colombie, Sénégal, USA, Allemagne, Suède, Royaume Uni, Angola) à cette première édition qui a en outre enregistré la participation de représentants de nombreuses organisations  internationales et régionales (Organisation Mondiale du Commerce, Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, Union du Maghreb Arabe, Banque Interamericaine de Développement,  Agence Moody’s…), de responsables politiques, d’opérateurs économiques et d’experts marocains et internationaux.

Nous vous remercions pour votre interêt pour la conférence, malheureusement les inscriptions sont désormais closes.

Suivez nous