Vous êtes ici : Accueil

10ème déclaration de Tanger

  • PDF
  • Imprimer

Cette dixième édition du Forum MEDays, a permis de mesurer à quel point le continent africain aura avancé vers la réalisation d’une Afrique pacifique, intégrée, inclusive et prospère, capable de développer la participation et l’implication des citoyens dans les politiques publiques. Le chemin engagé doit être consolidé et poursuivi avec l’aide inconditionnelle et le soutien d’une Europe respectueuse d’un partenariat équilibré et rénové.

10eme-declaration-de-tanger

L’Afrique est désormais prête à prendre la place qui lui revient sur la scène internationale.

Au vu des instabilités internationales aux frontières de l’axe euro-africain et aux cœurs des deux continents, le Forum appelle à la réalisation d’un partenariat euro-africain d’égal à égal respectant les principes de souveraineté et d’indépendance des États.

À cet effet, le forum MEDays appelle les organisateurs du sommet Union

Européenne – Afrique des 29 et 30 novembre prochains à Abidjan à prendre

en considération les recommandations suivantes :

  • Le respect du format du Caire, c’est-à-dire la participation des États membres de l’Organisation des Nations Unies, uniquement, afin d’assurer un principe de cohérence entre ce dialogue multilatéral et les enceintes internationales en charge de la sécurité et du développement.
  • Une réforme de l’Union africaine favorisant la coopération entre les deux institutions multilatérales, dans le prolongement des propositions de la future présidence rwandaise de l’UA au service d’un cadre d’investissement cohérent et attractif pour les entreprises privées, et capable de générer de nouvelles initiatives institutionnelles particulièrement fortes sur les thématiques de l’éducation et de la santé.
  • Une mise en cohérence des politiques européennes vers l’Afrique notamment la politique commerciale et la politique de développement favorisant le renforcement des institutions publiques sociales sur le continent africain, des réseaux communautaires en lien avec l’éducation, la santé et la solidarité.
  • Une coopération renforcée en matière sécuritaire capable de consolider un retour durable de la paix dans les zones de crises. Cette coopération devra aider les différents États à réaliser une paix et une sécurité durables, à poser les jalons d’États solides, à instaurer des institutions responsables et à promouvoir l'autonomisation des femmes et des jeunes.
  • Garantir la présence d’unités africaines militaires terrestres, aériennes et navales sous l'autorité de l'Union africaine sur le continent, en parallèle à la création de forces de paix dotées de capacités permanentes pour la prévention et la gestion des conflits.
  • S’engager sur une vision commune de la réforme des enceintes internationales notamment la réforme de l’Organisation des Nations Unies et de la revalorisation du rôle de l’Afrique dans les différentes institutions internationales, principalement le Conseil de sécurité des Nations Unies.
  • Réaffirmer la nécessité d’un développement inclusif axé sur les populations et l'égalité entre les hommes et les femmes.
  • Donner à ce partenariat les moyens de profiter pleinement d’une révolution digitale capable de susciter l’innovation et l’entreprenariat au service d’une économie plus solidaire et de services publics plus efficaces à travers des fonds d’amorçage et un cadre réglementaire et fiscal attractifs pour les jeunes entreprises innovantes.
  • Garantir et soutenir le principe d’universalité en matière d’éducation de base sur le continent africain.
  • Promouvoir et étendre les programmes de mobilité et de recherche dans l’enseignement supérieur, ainsi que la science, la recherche et l’innovation.
  • Promouvoir un pacte sur l’investissement des entreprises multinationales sur le continent africain en faveur d’une redevabilité et une transparence des contributions fiscales par pays.
  • Favoriser l’établissement à l’horizon 2030 d’une couverture sanitaire universelle à travers le soutien aux réseaux d’associations et aux coalitions régionales de professionnels de la santé, ainsi qu’un plan continental de formation de personnels de santé et de référents de santé communautaires pour un modèle africain de la santé.
  • Permettre l’émergence d’une agence africaine du médicament en charge de l’homologation sur l’ensemble du continent des produits pharmaceutiques, la lutte contre la contrefaçon et le développement d’un marché du médicament continental au service de la maîtrise des coûts pour le consommateur.
  • Soutenir la trajectoire d’engagement des budgets africains vers 15% du PIB consacré à la santé à travers un partenariat d’ampleur avec les acteurs privés.

Enfin le Forum MEDays souligne la faillite morale et opérationnelle de la gestion des migrations transfrontalières en Afrique ainsi qu’entre l’Europe et l’Afrique et appelle à un engagement fort en faveur de la mobilité des personnes et de la garantie de leurs droits civils et politiques dans nos États en réaffirmation des valeurs universelles qui nous rassemblent. En ce sens le Forum appelle l’UE et l’Afrique à combattre fermement tout type de criminalité en rapport avec le trafic d’êtres humains.

Suivez nous